HAUT

Cuciurpula était un village…mais combien y avait-il d’habitants ?

On tente ici de répondre à une question qui nous est très fréquemment posée…et à laquelle il est difficile de proposer une réponse concise et précise tant le nombre et la nature des facteurs à prendre en compte sont dépendants de l’état de conservation des données archéologiques et de leur degré de compréhension.

La structure 1 : fouille d’une maison du premier âge du Fer

 

Avant toute chose, il faut préciser que le site compte actuellement près d’une cinquantaine de constructions. Par extrapolation à partir des données de fouilles, on peut émettre l’hypothèse qu’une quarantaine d’entre elles sont des maisons. Rappelons aussi qu’une « maison » ou « habitation » se définit par le fait qu’il s’agisse d’un espace généralement fermé où des habitants dorment, mangent et pratiquent un certain nombre d’activités.

Pour évaluer le nombre d’habitants, il faut tenir compte de deux paramètres essentiels.

1. Les maisons sont-elles occupées/utilisées en même temps ?

La réponse est non. Depuis la fouille de la structure 6, et en comparaison avec les résultats obtenus sur les maisons 1 ou 3, on sait que le village a une durée de vie approximative de 600 ans et que certaines habitations sont déjà ruinées au moment où l’on en construit d’autres. Pour illustrer ce principe, on rappelera qu’il n’est pas rare, à l’heure actuelle, de voir des maisons abandonnées ou totalement en ruine dans nos villages. La situation n’est pas différente il y a 3000 ans (mais peut-être pas pour des problèmes d’indivis).
Autrement dit, et à titre d’hypothèse, sur les 40 habitations répertoriées, il est probable que seules 25 aient pu coexister. Pour compliquer le tout, il semble que certaines de ces constructions (par exemple les structures 14, 15 et 37) ne constituent en fait que des « dépendances » ou des « annexes » d’aménagements plus importants. Par prudence, on ramènera donc à 20 le nombre d’habitations occupées simultanément.

Scène de vie dans un îlot de Cuciurpula


2. Combien y a t’il d’occupants par maison ?

Ici encore, répondre s’avère complexe. La surface au sol utilisable des maisons varie entre 12 et 30 m². Cette aire est rendue plus exigue encore par le grand nombre de poteaux porteurs, foyers et autre banquette latérale. Les fouilles montrent la forte probabilité d’une division en deux de l’espace interne, avec un côté réservé à la circulation et l’autre dévolue au couchage.
Dans la maison 1, on peut estimer une longueur de banquette utilisable à 9 m, ce qui permet d’évaluer à 5 adultes (ou 4 adultes et deux enfants) le nombre maximal de personnes allongées simultanément. Dans cette configuration très conjecturale, les « encombrants » (outils et biens stockés) pouvaient être placés dans le grenier pour économiser de l’espace.

Intérieur d’une maison

 

Au final, et sans évoquer d’autres possibilités envisageables telles des maisons dans les arbres, l’occupation des grottes ou l’utilisation de constructions uniquement en bois, trois éventualités difficilement observables par les méthodes actuelles de l’archéologie, on peut estimer une population maximale à une centaine d’habitants, soit un total peu ou prou équivalent à celui actuel de Serra di Scopamena en hiver.

Bien évidemment, ce total doit encore être pondéré par d’autres facteurs socio-économiques, comme la pratique du pastoralisme transhumant, d’autres phénomènes de saisonnalité ou, plus simplement, la non-optimisation de l’espace. En effet, un seul Cuciurpulien pouvait très bien occuper une, voire plusieurs maisons.

Dans tous les cas, avec ses 12 hectares d’étendue, le village protohistorique de Cuciurpula reste l’un des plus grands habitats connus pour cette période de l’histoire de la Corse.

Ecrire un commentaire

Votre email ne sera jamais publié ou partagé.

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>