HAUT

I furnacci – (fours à tuiles)

 

De nombreux fours pour la fabrication de tuiles et de briques (voire de carreaux) existaient au XIX ème siècle en Corse du Sud. N’était ce la beauté des plus vieilles toitures de nos villages cette activité artisanale serait  aujourd’hui quasiment oubliée.

Un four à tuiles est inscrit à l’inventaire général du Patrimoine culturel à Ota-Porto au lieu dit U Campu. Il a fonctionné durant un siècle environ à partir de 1825.
On peut penser que les petites tuileries situées sur le territoire de Serra et de Sorbollano aux lieux dits TAGHJA et PISALOCCHJU lui ont été contemporaines.
Ces deux unités sont d’une facture quasiment identique et en assez bon état de conservation.
Il s’agit de constructions carrées, de quatre mètres de cotés et de quatre mètres de hauteur, adossées à la pente, sur trois terrasses successives permettant chacune un accès à la structure.

L’accès le plus bas est un petit passage vouté (probablement pour la gestion du foyer).Depuis la terrasse intermédiaire on accédait au four par une ouverture rectangulaire démunie de porte.
Enfin, la construction étant évidemment démunie de couverture, la troisième terrasse permettait de finir le remplissage du four.

La proximité d’argile, d’eau et de bois, voire d’un bon chemin muletier, était essentielle pour l’exploitation de ces ouvrages.Le four de TAGHJA a probablement subi une tentative de transformation en caseddu comme en attestent les deux façades en pignons.

L’ancien cadastre de Serra mentionne deux autres fours à tuiles déjà ruinés en 1887.
Le premier se trouvait un peu avant BATISTEDDU, au lieu dit PETRALATA, au dessus du chemin. Il est aujourd’hui complètement arasé. Le deuxième se trouvait au lieu dit CATELLU un peu plus à l’ouest.M. Solari Guy se souvient d’un troisième four à tuiles dans le village de Serra au lieu dit A FABBRICA.

Dans la région il existait d’autres ouvrages de ce type
.
Ainsi sur la commune de Zerubia on peut encore voir un four à tuiles en élévation à LIMATOGHJA (voir illustration) et il existait un bâtiment similaire dans un coin du cimetière.
Sur la commune de Zoza sont mentionnés sur l’ancien cadastre deux fours à briques.

Le premier dans le village même et le deuxième au bord du Rizzanesi, aux abords immédiats du chemin muletier de Zoza à l’ALTA ROCCA. Ce deuxième four avait la particularité d’appartenir à la commune.

Cette activité de fabrication de tuiles et de briques était donc relativement importante dans la région. On la mettra en relation directe avec l’accroissement remarquable de la population de la Corse durant tout le XIX eme siècle (certains auteurs parlent d’une croissance de la population de 70%), accroissement qui a naturellement généré un développement similaire de la construction.
Pour cela, il suffit de comparer les cartes du Plan Terrier et de l’ancien cadastre au niveau des villages pour constater l’apparition de nombreuses maisons  le long de la nouvelle route Napoléon III.

1 commentaire. Ecrire un commentaire

  1. Arsac

    Bonjour,
    Je m appelle Jean François Arsac et suis descendant de la famille Ceccaldi De Benedetti ,propriétaire de ce four situé sur notre propriété U campu. Malheureusement, ce four qui fait partie de notre patrimoine est en bien mauvais état. Que doit on faire, que peut on faire? Je serai intéressé pour échanger sur ce sujet. Merci.

Ecrire un commentaire

Votre email ne sera jamais publié ou partagé.

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>