HAUT

ITW de Vanessa PY, anthracologue

Dans cet entretien, Vanessa Py nous présente ses méthodes et les résultats paléoécologiques obtenus grâce à l’étude des charbons de bois découverts lors de la fouille de la maison 1. Bien qu’encore à ses débuts, l’analyse anthracologique (du grec ancien ἄνθραξánthrax = charbon)  permet déjà de reconstituer de façon assez précise certains aspects du paysage  végétal de Cuciurpula vers le VIIe siècle av. J.-C.

Associu Cuciurpula : Vanessa Py, présentez-vous en quelques mots.

Vanessa Py : Je suis chercheur au laboratoire GEODE (UMR 5602, CNRS), à Toulouse. J’étudie les vestiges ligneux (bois et charbons de bois) provenant de contextes archéologiques pour restituer l’état, la composition et la dynamique de la forêt fréquentée, exploitée et gérée par l’Homme. En outre, grâce à l’étude morphologique et anatomique de ces vestiges, j’appréhende les techniques et les usages du bois, leur évolution et leur transfert.

« Le paysage actuel autour du site »

A.C. : Votre rôle dans l’équipe de Cuciurpula ?

V.P. : Mon rôle est de décrypter les transformations des écosystèmes qui accompagnent la fixation d’un habitat permanent et le développement d’activités pastorales aux alentours de 1000 m d’altitude au cours de la fin du Bronze final et du premier âge du Fer. D’autre part, en collaboration avec Maxime Rageot, mon objectif est de caractériser les modalités d’adaptation aux disponibilités environnementales et de gestion des matières premières végétales par les hommes de Cuciurpula durant la Protohistoire.

A.C. : Quelles sont les méthodes utilisées ?

V.P. : Les sédiments prélevés lors de la fouille sont tamisés à la maille 4 mm. Les charbons de bois sont récoltés, triés et séchés. Puis, en laboratoire, j’identifie les espèces au microscope à lumière réfléchie, à des grossissements allant de 100 fois à 500 fois. Grâce à des cassures précises que je réalise à la main ou à l’aide d’un scalpel, j’observe les trois plans anatomiques du bois (transversal, tangentiel et radial). Sur le plan transversal, j’analyse également la courbure des cernes de croissances et je détermine la saison d’abattage quand l’écorce et conservée et l’âge minimal de la branche ou de la tige quand la moelle est conservée. Dans les trois plans, j’observe les déformations anatomiques et je recherche les traces d’insectes et de pourritures saprophages. Ainsi, d’une part, je tire des informations sur la composition des boisements exploités (essences) et leur morphologie (association d’essences et calibres) et d’autre part, sur le contexte de combustion, l’état des bois avant carbonisation (déformations anatomiques, présence de parasites) et les modalités de gestion du bois et du combustible (calibre, âge, parasites, proportions et fréquences des essences).

A.C. : Avec quels résultats sur le site ?

V.P. : Les travaux préliminaires portent sur les vestiges du foyer domestique de la structure 1. Ils suggèrent un approvisionnement en combustible à proximité du site de Cuciurpula et majoritaire dans les étages mésoméditerranéen et supraméditerranéen d’adret (versants bénéficiant de la plus longue exposition au soleil). De manière plus marginale, les habitants ont fréquenté les boisements de la transition entre les étages supraméditerranéen et montagnard d’ubac et d’adret. C’est dans ces espaces qu’ils ont pu récolter du bouleau pour confectionner des adhésifs (forêts claires à chênes et à pin laricio).

Le paysage végétal apparaît très différent de l’actuel. À proximité du site, il est probablement ouvert et dominé par des arbrisseaux (voire arbustes), la bruyère (cf. bruyère arborescente) et l’arbousier. Ces essences caractéristiques du maquis haut corse (qui peuvent présenter un caractère forestier) apparaissent en concurrence avec les chênes sempervirents et à feuillage caduc (cf. Q. pubescens). L’association de la bruyère et de l’arbousier qui sont dominants, et la présence non négligeable des Fabaceae (arbustes de type Genêt), pourraient indiquer un approvisionnement en bois de feu dans des espaces de déprise (succédant à une période de pâturage). Les taxons arborescents qui dominent l’étage supraméditerranéen d’adret, chêne pubescent, chêne vert et pin laricio, apparaissent en retrait par rapport aux arbrisseaux. Ils pouvaient former des massifs boisés plus ou moins denses à des altitudes plus élevées. L’analyse anthracologique révèle donc une gestion des friches (zones de déprise) et/ou de la strate arbustive pour la production du petit bois de feu.

A.C. : En quoi les résultats sont-ils intéressants ?

V.P. : L’anthracologie révèle la place importante des essences du maquis haut dans la vie quotidienne des hommes de l’âge du Fer. Surtout, elle pointe la place encore limitée du chêne vert qui supplante le pin laricio, les bruyères et l’arbousier durant les périodes historiques. Pour connaître l’évolution de la végétation et la place de la bruyère dans cette dynamique (compétition interspécifique entre les Éricacées et le chêne vert), le corpus anthracologique doit impérativement être élargi en étudiant les charbons de bois prélevés dans d’autres habitations : niveaux synchrones au foyer de la structure 1 et niveaux associés aux autres phases d’occupation.

A.C. : Quels apports souhaiter pour les prochaines campagnes ?

V.P. : Grâce à l’élargissement de l’approche à plusieurs habitations et plusieurs niveaux d’occupation, je souhaiterais affiner notre perception de la dynamique de la végétation liée à l’implantation humaine et de l’étendue de l’aire d’approvisionnement en combustible des habitants. L’étude des calibres des bruyères et de l’arbousier devrait permettre d’apprécier la morphologie des boisements constitués par ces espèces du maquis haut. En effet, à cette période, il n’est pas tout à fait exclu qu’il existe encore des « lambeaux » de forêts « primitives » à bruyères arborescentes. Aussi, il serait intéressant de mesurer les proportions de chênes et leur évolution durant l’occupation de l’habitat.

La bruyère arborescente (a scopa)

Ecrire un commentaire

Votre email ne sera jamais publié ou partagé.

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>